Logo des Francas

Fêter ensemble nos 70 ans !

Nous étions plus de 80, samedi 2 juin 2018 à Floirac, pour participer à l'Assemblée Générale de notre association et au temps suivant qui nous a permis de célébrer les 70 ans des Francas en Gironde. A cette occasion, de nombreux militants et partenaires ont pu témoigner de leur attachement au projet des Francas.

Nous vous proposons de construire ensemble notre prochain rendez-vous convivial autour de l'anniversaire de notre association. Il vous suffit de compléter le formulaire ci-après :

Temps convivial 70 ans

Merci de nous indiquer votre nom.
Merci de nous préciser votre prénom.
Merci de renseigner votre adresse mail.
Entrée non valide
Entrée non valide
Merci de sélectionner au moins l'une des trois propositions.
Merci de sélectionner au moins l'une des deux propositions.
Merci de sélectionner au moins l'une des propositions.
Merci de nous indiquer vos propositions et remarques.

Construisons le monde d’aujourd’hui et de demain avec les jeunes générations

Les Francas sont choqués du fait que de jeunes collégiens et lycéens aient pu être atteints dans leur dignité. Rien ne peut justifier que quiconque mette à genoux des jeunes de façon humiliante.

Dans un contexte de crise où l’espace public est chahuté et dégradé, où le gouvernement est bousculé dans ses politiques, où des institutions sont ébranlées, un dialogue démocratique doit être engagé rapidement avec les jeunes, avec les corps intermédiaires dont les associations de Jeunesse et d’Education populaire et avec l’ensemble de la population. La démocratie se nourrit du débat et se gagne tous les jours.

Nous Francas, pour qui la Convention internationale des droits de l’Enfant constitue le cadre de toute action éducative, nous nous attachons depuis des années à mettre en vie des espaces de participation favorisant l’expression, le débat, et l’action. Des espaces institués existent dans les établissements scolaires et les collectivités territoriales, ils ne sauraient suffire pour favoriser, entendre et prendre en compte les expressions de tous les enfants, adolescents et jeunes.

Les Francas estiment qu’il est indispensable de renforcer les situations contribuant à l’apprentissage et à l’entraînement au débat, ainsi qu’au dialogue entre mineurs et entre mineurs et adultes. Ceci permettra aux enfants, aux adolescents et aux jeunes, comme aux adultes, de mieux comprendre le monde, la société et ses complexités.

Les Francas s’indignent depuis de nombreuses années des conséquences du libéralisme économique effréné qui engendre une répartition très inégalitaire des richesses et cantonne une partie importante de la population dans la pauvreté.

Les enfants, les adolescents, les jeunes attendent des adultes et des citoyens qu’ils dessinent avec eux une perspective de société qui garantisse l’effectivité des droits, la justice sociale et intègre les enjeux écologiques. Ils attendent qu’il soit donné à chacun la garantie d’accéder à un projet d’avenir permis par des choix de scolarité, de formation et d’éducation sur tous les territoires et tout au long de la vie.

Pour cela, les Francas revendiquent des services publics de proximité, un service public d’éducation de qualité et un soutien aux associations qui prolongent son action.

Nous Francas, avons la responsabilité avec les citoyens de participer à la transformation du monde avec les enfants, les adolescents et les jeunes dans une perspective de société plus démocratique, solidaire et écologique.

Nous en avons le devoir, assumons-le !

Communiqué de la Conférence nationale des Associations départementales des Francas, Paris le 9 décembre 2018

Non à la révision de la loi de 1905 !

Des projets de révision de la loi de 1905 seraient à l’étude. S’il s’agit de mieux encadrer des dérives intégristes mettant en cause les principes et valeurs de la République, le titre V de la loi, intitulé Police des cultes fournit l’arsenal juridique suffisant.

S’il s’agit de financer les cultes de quelque manière que ce soit, on entrerait alors dans une procédure concordataire que la loi de 1905 avait précisément pour but d’abolir.

Les organisations laïques soussignées, réunies le jeudi 22 novembre 2018 à Paris, mettent en garde contre toute modification de la loi de séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905, quelles qu’en soient les voies. Cette loi est un pilier fondamental de la République. Pour assurer à chaque citoyen la liberté de conscience, elle a instauré un juste équilibre entre la garantie du libre exercice des cultes et la neutralité confessionnelle de l’État.

Les organisations signataires rappellent donc solennellement l’intangibilité des principes solidairement posés par la loi:

  • Article 1 La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public.
  • Article 2 La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

Elles demandent, par-delà les débats inutiles que suscitent ces projets de révision, que soit déjà et complètement appliquée la loi.

Paris, le 30 novembre 2018

Les organisations signataires : Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active - CEMEA ; Conseil National des Associations Familiales Laïques - CNAFAL ; Débats laïques ; EGALE ; Fédération des Conseils de Parents d’Elèves - FCPE ; Fédération Française de l’Ordre Maçonnique Mixte International « Le Droit Humain » ; Fédération Générale des Pupilles de l’Enseignement Public ; Fédération nationale de la Libre Pensée ; Francas ; Fédération syndicale unitaire - FSU ; Libres MarianneS ; Ligue de l’enseignement ; Ligue des Droits de l’Homme ; Planning familial ; Solidarité Laïque ; Syndicat des Enseignants - SE UNSA ; Syndicat de l’Inspection de l’Éducation Nationale - SI-EN UNSA Éducation ; Syndicat National des Personnels de Directions - SNPDEN ; Syndicat de l’Éducation Populaire - UNSA ; Union des Familles Laïques - UFAL ; Union Rationaliste ; UNSA Éducation

66 propositions pour donner à chacun le pouvoir de vivre.

Alors que la société civile organisée peine à se faire entendre par le gouvernement depuis le début du quinquennat, 19 organisations, dont la Fédération nationale des Francas, ont décidé de s’unir pour porter ensemble la convergence de l’écologie et du social. Pour la première fois, elles s’engagent à faire front commun en défendant collectivement 66 propositions qui permettent à chacun le pouvoir de vivre. Ces 19 organisations porteront ce pacte écologique et social dans toutes les instances de dialogue, à commencer par les quatre grandes conférences nationales du Grand débat qui se tiendront à Paris du 11 au 13 mars et à la Marche pour le climat le 16 mars. Et ce n’est qu’un début…

Ces propositions ont été rendues publiques en présence des 19 organisations dont la Fédération nationale le 5 mars 2019, à l’occasion d’une conférence de presse. Les 19 organisations précitées sont issues du regroupement de syndicat, de mutuelles et d’associations constituant les Places de la République, collectif dans lequel la Fédération nationale est investie depuis sa création. Une partie de ces 66 propositions rejoignent des perspectives de société que se sont données les Francas dans leur projet Avec les enfants et les jeunes, ensemble pour l’éducation !

La Fédération nationale sera présente aux grandes conférences nationales du Grand débat qui se tiendront à Paris du 11 au 13 mars. 

Pour en savoir plus

Communiqué de presse 5 mars 2019 Grand débat national - Pacte social et écologique

L'urgence d'un pacte social et écologique 66 propositions pour donner à chacun le pouvoir de vivre

Une proposition de loi contre la liberté de manifester

La Fédération nationale des Francas est signataire, aux côtés de 52 autres organisations de la société civile, d’un communiqué de presse appelant à retirer le projet de loi en cours d’examen par l’Assemblée nationale dite « loi anti-casseurs », qui sous couvert d’encadrer le droit de manifester, constitue de fait une atteinte grave aux libertés publiques et à l’équilibre des pouvoirs.

« Les violences contre les personnes, les biens, les institutions qui ont eu lieu ne peuvent justifier qu’un exécutif s’arroge des pouvoirs exorbitants et décrète qui peut ou ne peut pas manifester. Participer à une manifestation ne saurait pas plus signifier le risque pour tout individu d’être poursuivi, fiché et condamné pénalement comme financièrement. »

Pour en savoir plus

Télécharger le communique de presse 

1944 - 2014 : Les Francas se racontent

1944-2014 : les Francas se racontent par Les archives du Val-de-Marne sur Vimeo.

Ce site utilise des cookies pour mesurer l'audience