Logo des Francas

Le nouveau projet éducatif de Médoc Estuaire est lancé

 Quelque 80 personnes ont participé aux débats et conférences. Photo CDC Médoc-Estuaire

Jeudi, la CdC Médoc-Estuaire a posé la première pierre du projet éducatif intercommunal (PEI) dans la salle des fêtes d’Arcins. En novembre (« Sud Ouest » du 11 novembre), les enfants qui fréquentent ses six centres d’accueil de loisirs sans hébergement (ALSH) ont fourni leur contribution, et c’est aux adultes de prendre les choses en main pour construire le nouveau PEI, qui remplacera l’actuel, en vigueur depuis que la CdC a acquis la compétence dans les domaines de la petite enfance et de la jeunesse, en 2004.

En une quinzaine d’années, les choses ont changé : les lois, la conception des loisirs pour la jeunesse, la répartition démographique, les jeunes qui, à l’époque, fréquentaient les centres de loisirs y envoyant aujourd’hui leurs enfants.

Accompagner la jeunesse

Compte tenu de ces évolutions, les élus ont souhaité qu’à l’ancien PEI se substitue un nouveau, auquel ils ont fixé des objectifs ambitieux pour accompagner la jeunesse des 10 communes de la CdC. Le président Gérard Dubo et deux vice-présidents, Claude Ganelon, également maire d’Arcins, et Dominique Fédieu, chargé du secteur petite enfance jeunesse à la CdC, maire de Cussac-Fort-Médoc et conseiller départemental, étaient présents. L’étaient aussi des élus des communes de la CdC, des représentants des parents d’élèves, du monde associatif dans les domaines de la musique et des sports. Les institutions ont également participé, comme la Caisse d’allocations familiales, le service jeunesse du Département et l’Éducation nationale.

Deux conférences animées par la Fédération d’éducation populaire (Francas) et la Ligue de l’enseignement de la Gironde ont traité les thèmes « De la coéducation pour apprendre à vivre ensemble » et « Répondre aux besoins des enfants, un défi pour les adultes, un enjeu pour le territoire ». Des ateliers ont permis d’informer et de bâtir des structures pour la mise en place de groupes de travail qui se réuniront jusqu’en juin, un blog qui entrera en service le 15 janvier, va permettre aux habitants du territoire de participer et de s’informer sur l’évolution du projet. Enfin, après validation du document, en août, par un comité de pilotage, le PEI sera mis en œuvre en septembre.

Article publié sudouest.fr le 25/12/2017 à 3h39 par Louis Le Cor.

Pour un débat apaisé sur les rythmes éducatifs

Les Francas en partenariat avec la Ligue de l’Enseignement, l’ANDEV et le RFVE ont produit un argumentaire en faveur du maintien de l’école sur 4,5 jours.

Pourquoi soutenir la répartition du temps scolaire sur 5 jours pour les enfants ?
– pour respecter les rythmes d’apprentissage des enfants
– pour permettre à tous les enfants un accès à des activités péri et extra scolaires, qui participent à améliorer les apprentissages
– pour répondre aux besoins des enfants les plus défavorisés et réduire les inégalités
– pour inf luer sur les temps sociaux et l’égalité du temps de travail femmes-hommes
– pour Dépasser les difficultés d’organisation rencontrées

Pourquoi élargir le débat au projet éducatif territorial dans son ensemble ?
– pour porter la réf lexion sur la qualité de l’ensemble des temps éducatifs
– pour sécuriser les temps périscolaires
– pour renforcer la qualité des temps périscolaires et le centre de loisirs éducatif
– pour construire un projet commun : le Projet éducatif territorial
– pour associer les parents
– pour mettre en place des espaces de réflexion sur les questions éducatives
– pour se laisser le temps d’évaluer

Télécharger le document

Rapport sur les inégalités en France - édition 2017

rapport inegalites 2017Où en est-on des inégalités en France ? Quels sont les domaines où elles augmentent et ceux où elles diminuent ? Les inégalités sont au cœur du débat public mais l’information reste parcellaire et désordonnée. Trop d’informations sont encore réservées aux spécialistes.

L’objectif du deuxième Rapport sur les inégalités en France est de mettre à la disposition du grand public un panorama complet du phénomène, à travers un ensemble de données faciles d’accès et actualisées. Des revenus à l’école, en passant par la santé, le logement, l’emploi, les inégalités entre les femmes et les hommes ou les catégories sociales, cet ouvrage fait le point sur la situation avec les tous derniers chiffres. Ce rapport constitue un document d’expertise indépendant de l’institution publique. Il est le fruit du travail rigoureux d’une équipe qui, depuis 14 ans, observe les inégalités. Le rapport est réalisé sous la direction d’Anne Brunner et de Louis Maurin.

Les Francas de la Gironde et l'Association Ricochet ont soutenu la publication de ce rapport et organiseront très prochainement, avec la Fédération des Centres Sociaux de la Gironde, le 5 mai 2018, une journée d'échanges et de réflexion en lien avec les thématiques abordées dans cet ouvrage.